Dans la nuit, rechercher des signes d’espérance

2018-05-29

L'assemblée générale de la Conférence religieuse canadienne réunit quelque 250 responsables de communautés religieuses. (Présence/François Gloutnay)(Présence) Quelque 250 responsables de congrégations et d'instituts religieux, des femmes en très grande majorité, participaient cette fin de semaine à la 32e assemblée générale de la Conférence religieuse canadienne (CRC), un événement qui se déroule chaque deux ans.


Les nuits sont enceintes. Toi qui veilles, qu'en dis-tu?, la thématique de cette rencontre était développée par l'économiste et théologienne Elena Lasida, professeure à l'Institut catholique de Paris et collaboratrice de la commission épiscopale Justice et Paix de la Conférence des évêques de France.

À partir de l'encyclique Laudato Si' du pape François, elle a animé une réflexion sur les liens entre le contexte religieux canadien, le développement durable et la nouvelle économie qui se met en place dans le monde.

La vie religieuse au Canada est aujourd'hui en pleine transition, estime Timothy Scott, le directeur général de la CRC. «Selon une formule moins bienveillante, on dit aussi qu'elle est en crise.»

Il rappelle qu'en 1954, lors de la fondation de cette association qui regroupe les supérieurs des congrégations présentes, « on n'avait pas de noviciats et de juvénats assez grands pour accueillir les postulantes et les candidats ».

La CRC compte aujourd'hui 260 membres, des supérieurs de communautés, qui représentent quelque 12 000 religieuses et religieux. Un nombre qui, pour cause de mortalité, diminue d'environ 750 par année. «Pour nombre d'instituts nés dans la France du 19e siècle, la prochaine décennie pourrait bien être la dernière», dit-il.

Dans cette nuit que traverse la vie religieuse, « notre mission consiste à rechercher des signes d'espérance et des pistes de possibilités », des signes et des pistes « qui laissent présager que la vie consacrée continuera de faire partie intégrante de la mosaïque culturelle et religieuse canadienne », lance le directeur général de la CRC dans le rapport qu'il a soumis aux membres au début de la rencontre.

L'assemblée générale est aussi l'occasion pour les membres de la CRC de voter les orientations de leur association pour les deux prochaines années et d'élire leurs représentants au conseil d'administration.

La CRC est actuellement présidée par la missionnaire Michelle Payette. C'est le capucin Louis Cinq-Mars, actuel vice-président de la CRC, qui en deviendra le président.

Revenir

Commentaires

*
*
Veuillez calculer 1 plus 5.*