La communauté italienne fête son nouveau Saint!

2018-02-06

Mgr Lépine qui bénit l'image de Saint Angelo d'Acri à la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel (Photo : Brigitte Bédard)C’était la fête à Saint-Léonard dimanche dernier, alors que la paroisse Notre-Dame-du-Mont-Carmel accueillait avec joie l’Archevêque de Montréal, afin qu’il vienne célébrer la messe et procéder à la bénédiction de l’image de Saint Angelo d’Acri (1669-1739).


Madame Michelina Lavoratore, organisatrice des festivités entourant cette bénédiction officielle, raconte que le jour où elle a su que le pape François venait de canoniser Lucantonio Falcone, mieux connu sous le nom d'Angelo d'Acri, elle n'a pas attendu une seconde pour en parler à son curé, Rinaldo Vecchiato pour voir ce qu'ils pourraient faire ici dans la paroisse pour souligner cet événement.

« Notre curé est toujours si généreux, si présent pour nous, et si ouvert à la dévotion des saints - c'est d'ailleurs pour cette raison qu'il a créé « La chapelle des Saints » ici dans notre église. Il a accepté tout de suite! »  

Angelo d'Acri (fêté le 30 octobre) est né en Calabre dans une famille pauvre. Ce n'est qu'après plusieurs hésitations qu'il fait son entrée chez les Frères mineurs capucins. C'est d'ailleurs sur ces « hésitations », ses « doutes » et ses « peurs » que s'est attardé Mgr Christian Lépine lors de son homélie.  

D'entrée de jeu, Mgr Lépine a tout avoué : « Je dois vous faire une confession, je ne connaissais pas Saint Angelo d'Acri avant de savoir que je devais venir vous voir! J'ai appris à le connaître, et je dois dire que ce qui m'a le plus touché de cet homme c'est sa fragilité, sa profonde humanité. C'était un homme qui doutait. Il a dû s'y prendre à deux fois avant d'entrer définitivement chez les capucins. Il hésitait sur sa vocation ; il n'était sûr de rien. Il se posait beaucoup de questions... Mais il avait une très grande soif de Dieu, et il avait une foi indéfectible en Jésus-Christ. Cet homme est un exemple pour nous tous, car il n'est facile pour personne d'assumer pleinement sa vocation, quelle qu'elle soit : célibataire, religieux ou marié. »  

Après la messe, un petit goûté - avec de succulentes pâtisseries italiennes - était offert au sous-sol de l'église afin de donner la chance à tous les paroissiens de venir saluer l'Archevêque.

Pour aller plus loin :

Voir l'album photo

Revenir

Commentaires

*
*
Quelle est la somme de 7 et 2?*