Accueil - Église catholique à Montréal > Actualité > Dossiers > Année de la Miséricorde > Le prêtre, objet et agent de la miséricorde

Le prêtre, objet et agent de la miséricorde

Le mardi 11 octobre 2016, à l'auberge de l'Oratoire Saint-Joseph, une journée de ressourcement sur le thème de la miséricorde a été proposée aux prêtres du diocèse de Montréal. 


Dans son introduction, Mgr Alain Faubert, qui a assuré l'animation de cette journée, soulignait combien ce thème (Le prêtre, objet et agent de la miséricorde) résonnait particulièrement adéquat en ce jour où l'Église fait mémoire de saint Jean XIII,  jour anniversaire de l'ouverture Concile Vatican II.

Cette journée, organisée par le Comité diocésain de l'Année de la Miséricorde, a permis aux quelque 60 prêtres présents de se rappeler combien, au coeur de leur vie, chacun est avant tout objet de la miséricorde divine avant d'être également agent de cette miséricorde d'une manière spéciale en tant que prêtre, comme le disait le pape François dans un message Pontifex de la fin du mois d'août dernier : «La miséricorde de Dieu envers nous, prêtres de Jésus-Christ, nous encourage à être miséricordieux envers les autres».

Le Père Bernard East, o.p., dans un entretien de grande qualité, a souligné combien la miséricorde de Dieu, en cette année du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde ardemment désiré par notre pape François, correspond également à une attente du peuple de Dieu qui l'a redécouverte au coeur de la vie de l'Église. Il encourageait également ses confrères à se rappeler de temps en temps quelle est la place du sacrement du pardon et de la réconciliation dans leur vie personnelle, afin d'en expérimenter la force et la beauté.

Depuis quelques années, le Père East fait partie de l'équipe d'accueil des pèlerins de l'Oratoire Saint-Joseph et, à ce titre, il rencontre quotidiennement de nombreuses personnes désirant avoir un entretien avec un prêtre, la plupart d'entre eux demandant également à recevoir le sacrement de la réconciliation. À partir de son expérience pastorale particulière, ce dernier a illustré le fait que Dieu accueille le pécheur parce qu'Il l'aime. Ce dernier a eu bien souvent un grand courage pour faire un pas vers la miséricorde divine, a-t-il également souligné, et il est bon de se rappeler qu'il a déjà été touché par la grâce de la miséricorde en se présentant devant le prêtre qui l'accueille au nom de Dieu.

Une autre caractéristique du prêtre est d'accueillir les pénitents tels qu'ils sont et cela demande une attitude de grand respect et de grande bonté, avec une écoute attentive et ouverte, afin qu'ils se sentent toujours accueillis dans leur humanité et dans leur misère. Les pénitents ressentent également le besoin d'entendre par la bouche du représentant de Dieu : «Je te pardonne» et ainsi, en vivant cette expérience du pardon, ils peuvent sortir du confessionnal, heureux, légers et joyeux.

À la suite de l'exposé du Père East, les prêtres présents ont eu l'occasion de réagir par petits groupes  à ses propos dans un échange riche et instructif. Dans la mise en commun qui en a résulté, le Père East a eu l'occasion de répondre à plusieurs commentaires formulés par ses confrères.

En après-midi, notre archevêque, Mgr Christian Lépine a lu et commenté le document préparé par la Commission épiscopale pour la doctrine de la Conférence des évêques catholiques du Canada intitulé La beauté de la miséricorde : le pape François et la confession. Il s'agit d'une série de citations du Saint-Père sur l'importance et la beauté du Sacrement de la réconciliation qui pourront interpeler et encourager à la fois les personnes pénitentes et les prêtres confesseurs dans leur tâche. Ce document a été publié afin d'aider les catholiques du Canada dans la célébration du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde qui se terminera le 20 novembre prochain.

Pour illustrer ce document, Mgr Lépine a également partagé différents commentaires plus personnels afin d'en faire ressortir les différents aspects reliés à sa longue expérience pastorale. Par exemple, lors de son voyage en Pologne pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, lors d'une soirée dédiée au sacrement de la miséricorde, Mgr Lépine à encouragé les jeunes à toujours avoir le courage de se confronter à eux-mêmes en se questionnant également sur l'importance du pardon dans leur vie, en se rappelant quels sont les pardons qu'ils n'ont pas osé demander ou les pardons qu'ils n'ont pas osé donner. Cette question leur a permis de découvrir, jour après jour, un chemin pour vivre ensemble et grandir dans leur foi.

Mgr Lépine soulignait également combien le sacrement de la réconciliation est, à ses yeux, un sacrement qui mène à la rencontre du Père, ce sacrement est « une autoroute de la miséricorde de Dieu». Bien souvent, ce dernier est demeuré impressionné par l'humilité de la personne qui fait la démarche de venir se confesser et il constatait combien le pénitent aide les prêtres eux-mêmes à grandir dans leur ministère.

Le jubilé de l'année de la miséricorde qui s'achève bientôt, soulignait-il, a donné aux fidèles et à leurs pasteurs l'occasion de redécouvrir la vie chrétienne sous l'angle de la miséricorde de Dieu, en redécouvrant également la beauté du sacrement de la miséricorde. Car, si l'on veut faire connaître le Christ aujourd'hui au cœur de notre monde, il importe de parler de la miséricorde de Dieu, d'en présenter son visage miséricordieux.

Après une autre période de réflexion pour réagir en petits groupes aux propos de leur évêque, la journée s'est terminée par un moment d'échanges avec les deux conférenciers du jour qui ont pu préciser leur pensée sur ce thème de grande actualité.

Et, comme le rappelait Mgr Alain Faubert en guise de conclusion, chacun a été invité, au cours de la journée, à se remettre en route, pour être de meilleurs serviteurs de l'Église et de l'humanité. Pour porter ensuite la joie liée à l'expérience de la miséricorde de Dieu.

Commentaire

*
*
Veuillez calculer 8 plus 9.*

Revenir