Miséricorde 101

Qu'est-ce donc que la « miséricorde » ? La miséricorde, c'est l'amour qui sympathise avec la fragilité, avec la faiblesse de l'autre. L'amour qui se penche sur celui ou celle qui n'en peut plus et qui tombe. Un amour qui se penche, mais qui ne regarde jamais l'autre d'en haut. Bien plutôt d'en bas.

Qui est miséricordieux ? Dieu ! Et Dieu seul l'est pleinement... Toute l'Écriture, Ancien et Nouveau Testament, nous racontent comment Dieu donne son cœur à notre misère. Qui est le « Bon Samaritain » sinon le Seigneur lui-même qui se fait proche de nous, nous soigne, nous relève et donne tout pour que nous vivions ! « La miséricorde sera toujours plus grande que le péché, et nul ne peut imposer une limite à l'amour de Dieu qui pardonne. » (Le visage de la miséricorde, n.3)

Et qui peut devenir miséricordieux ? Toi ! Chacun de nous ! Quand nous goûtons la miséricorde de Dieu pour nous, notre cœur en est bouleversé, et nous ne pouvons plus passer à côté d'un frère ou d'une sœur éprouvé sans « faire miséricorde ». Nous n'avons plus peur d'aimer, de prendre soin de l'autre, de perdre notre vie pour qu'il vive !

En cette Année de la miséricorde, ouvriras-tu ton cœur ?

« Au cours de ce Jubilé, laissons-nous surprendre par Dieu. Il ne se lasse jamais d'ouvrir la porte de son coeur pour répéter qu'il nous aime et qu'il veut partager sa vie avec nous. » (Le visage de la miséricorde, n.25)


Pèlerinage 101

Devenir miséricordieux, ce n'est jamais immédiat. C'est un chemin ! Il faut voyager, se laisser déplacer. Il nous faut passer d'une culture du bien-être et de la performance à une culture de miséricorde. Il s'agit de passer à une nouvelle manière d'être au monde. Quel est le secret de ce passage ? Accueillir la tendresse du Père ! Nous laisser rejoindre par la miséricorde de Dieu qui « pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; qui réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse » (Ps 102, 3-4)

Cette année, nous serons pèlerins ! Tous appelés à nous mettre en route pour entrer dans la joie des Béatitudes : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde » (Mt 5, 7). Des « portes de la miséricorde » nous sont offertes dans 7 basiliques ou sanctuaires de notre Diocèse pour que nous soyons aidés à vivre bien concrètement ce pèlerinage qui engage notre vie.

Sortons de chez nous, déplaçons nous, passons une porte et plongeons dans la miséricorde divine à travers le Sacrement du Pardon. Alors nous goûterons la richesse bouleversante de la tendresse du Père, de son indulgence !

La porte du cœur de Dieu est ouverte pour toi... et toi tu ouvriras la porte de ton cœur aux pauvres que le Seigneur t'enverra !

Que le pèlerinage stimule notre conversion : en passant la Porte Sainte, nous nous laisserons embrasser par la miséricorde de Dieu, et nous nous engagerons à être miséricordieux avec les autres comme le Père l'est avec nous. (Le visage de la miséricorde, n.14)


Indulgence 101

« Miséricordieux comme le Père, c'est la "devise" de l'Année Sainte. Dans la miséricorde, nous avons la preuve de la façon dont Dieu aime. Il se donne tout entier, pour toujours, gratuitement, et sans rien demander en retour. » (Le visage de la miséricorde, n.16) La miséricorde divine est débordante ! Par la Passion et la Résurrection de Jésus, il a pris sur lui toute l'horreur de notre péché, donnant à notre âme une nouvelle virginité.

Mais qu'en est-il des conséquences de nos péchés ? Écoutons le Pape François :« Dans le sacrement de la Réconciliation, Dieu pardonne les péchés, et ils sont réellement effacés, cependant que demeure l'empreinte négative des péchés dans nos comportements et nos pensées. La miséricorde de Dieu est cependant plus forte que ceci. Elle devient indulgence du Père qui rejoint le pécheur pardonné (...) et le libère de tout ce qui reste des conséquences du péché » Et quel est le fruit ce cette indulgence du Père ? Elle nous donnera d'« agir avec charité, de grandir dans l'amour plutôt que de retomber dans le péché ». (Le visage de la miséricorde, n.22)

L'indulgence du Père ne se mesure pas, ne s'achète pas ! C'est le don gratuit de son amour qui nous vient à travers l'Église ! Quel cadeau ! Un don de grâce magnifique que nous pourrons demander certes pour nous-mêmes, mais plus encore pour d'autres, vivants ou défunts.

« Vivre l'indulgence de l'Année Sainte, c'est s'approcher de la miséricorde du Père, avec la certitude que son pardon s'étend à toute la vie des croyants. » (Le visage de la miséricorde, n.22)


Œuvres de miséricorde 101

Quel est le grand fruit de la miséricorde divine dans nos vies, sinon une vie convertie ! Cette année sera une année de grâce parce que ce sera une année de conversion bien concrète qui se traduira dans des « œuvres ». Les œuvres ne nous sauvent pas... : c'est l'amour de Dieu qui nous sauve ! Mais nous ne pouvons être sauvés sans les œuvres !

Regarde ! Dans ta vie, quelle place donnes-tu aux « œuvres de miséricorde corporelles: donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts » ?

Et quelle place donnes-tu aux « œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts » ? (Le visage de la miséricorde, n.15)

Si ces œuvres de miséricorde fleurissent déjà dans ton quotidien... Continue ! Si elles sont rares, souviens-toi : « Les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine » ... Ils t'attendent !

« Ouvrons nos yeux pour voir les misères du monde, les blessures de tant de frères et soeurs privés de dignité, et sentons-nous appelés à entendre leur cri qui appelle à l'aide. Que nos mains serrent leurs mains et les attirent vers nous afin qu'ils sentent la chaleur de notre présence, de l'amitié et de la fraternité. Que leur cri devienne le nôtre et qu'ensemble, nous puissions briser la barrière d'indifférence qui règne souvent en souveraine pour cacher l'hypocrisie et l'égoïsme. »

(Le visage de la miséricorde, n.15)


Commentaire


Commentaire de Ricou | 2016-01-09

Merci pour cette présentation très complète, je viens de lire un petit livre très intéressant qui rappelle qu'en hébreu, la miséricorde évoque ce que nous ressentons dans nos entrailles. Il s'appelle Pratiquer la miséricorde, Empathie et solidarité, (Empreinte édition). Et il aide bien à ne pas faire de la miséricorde simplement une belle idée mais à passer à la pratique. Cordialement;
*
*
Quelle est la somme de 1 et 7?*

Revenir