Accueil - Église catholique à Montréal > Actualité > Dossiers > Itinérance > Quand migration rime avec tragédie

Quand migration rime avec tragédie

Nous avons pu nous entretenir brièvement avec le Secrétaire général de Caritas Internationalis, Monsieur Michel Roy, de passage à Montréal le 27 février 2012. Caritas regroupe des organismes caritatifs catholiques dans 165 pays, dont Développement et Paix au Canada.

Tout d’abord, les membres de Caritas observent une croissance du nombre de migrants dans le monde. « Le phénomène est en croissance régulière depuis la fin des années 80 », indique M. Roy. « Par les thèmes : migrants, réfugiés, déplacés, on entend ceux qui se trouvent à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Le  phénomène des migrants économiques, mais aussi [celui causé] par les guerres civiles des années 90 dans certains pays, ont pris de l’ampleur. »

Par exemple, les migrants économiques doivent quitter leurs terres de plus en plus convoitées par les investisseurs commerciaux du monde entier. Une situation qui s’observe entre-autres à Macha, en Zambie. Des terres servent maintenant à la production d’agro-carburants. Les populations locales affirment avoir été déplacées de force afin que cette culture puisse y être pratiquée. Ainsi en septembre 2010, 3000 personnes ont vu leurs réserves de nourriture et leurs maisons incendiées.

Pour plusieurs, la seule solution est d’émigrer vers les villes. « Ils s’agglutinent autour des grandes villes », indique Monsieur Roy. Le travail n’étant pas toujours au rendez-vous, l’étape suivante est de quitter le pays. Un phénomène très important en Afrique et en Amérique du Sud. En plus des embûches naturelles – désert, montagne, rivière – les migrants font face à des obstacles humains. D’abord les passeurs qui agissent comme s’ils faisaient le commerce ou la traite d’une marchandise, mais également des politiciens du Nord qui renforcent les politiques d’immigration de leurs pays.

« Face à un phénomène de masse, les gens [en Occident] ont peur; ou [bien] les politiques nationales créent la peur », estime M. Roy. Par exemple en France, son pays d’origine, il observe une différence fondamentale entre ceux qui rencontrent les migrants et ceux qui votent Front Nationale (FN). « Quand on est face à une famille de migrants, on fait une différence : la relation humaine est fondamentale. On vote pour le FN là où il n’y a pas de migrants : un rejet idéologique », observe-t-il.

Quand le rêve tourne au cauchemar

Le rejet de ces migrants entraîne parfois des conséquences tragiques.

Des migrants africains sont renvoyés et laissés à eux-mêmes dans le désert. Au Mexique, des gangs de rue très agressifs attaquent les trains que les migrants empruntent illégalement pour aller vers le Nord. Ceux-ci se font dérober le peu qu’ils possèdent.

« Ce phénomène de migrants économiques s’est accru et continue de croître », indique M. Roy. L’une des principales causes est la globalisation des marchés. Certes, les pays du Nord investissent dans les pays du Sud, mais, « ce qui intéresse les multinationales, ce sont les matières premières ». Le Secrétaire général continue : « beaucoup de pays du Sud ont une forte croissance économique; elles exportent des matières premières, mais qui ne contribuent pas au développement du pays ». Le continent africain en est un bel exemple : « L’Afrique a une croissance [économique moyenne] de 5 %, mais où sont les 5 %? », questionne-t-il ?

De plus, quand on parle de migration tragique, on parle de ceux – de celles surtout – qui arrivent dans les pays du Nord, y compris le Canada, et qui deviennent travailleurs domestiques. « Une des formes de traite insidieuse », estime Michel Roy. « Les patrons prennent le passeport, les personnes travaillent 24h sur 24. Ça fait partie de la traite. » Il y a aussi tous ceux et celles qui ne trouvent pas preneurs... Ces personnes pourront être échangées pour leurs organes, un ‘marché’ en pleine expansion.

Des problèmes graves auxquels Caritas attache beaucoup d’importance.

Une lueur d’espoir

Enfin, Monsieur Roy estime que l’Église « est fidèle et courageuse » en raison du travail que ses membres effectuent sur le terrain et des appels du pape, lancés chaque 15 janvier à l’occasion de la Journée mondiale des migrants, (voir la page Que disent les papes). 

 

Liens d’intérêts

Dossier primordial : femmes, mineurs et migration
http://www.caritas.org/fractivities/women_migration/index.html

Quand la traversée finit mal
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/07/05/012-soudan-naufrage-migrants-morts.shtml

Cas d’espèce : la ‘loi-Arizona’
http://amnis.revues.org/1526

Reportage de l’émission Enjeux de Radio-Canada (reportage du début des années 2000… mais toujours actuel)
http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/enjeux/niveau2_7713.shtml

Reportage de l’émission Enquête sur les ‘Sauteurs de train’
http://www.radio-canada.ca/emissions/enquete/2010-2011/Reportage.asp?idDoc=121172


Commentaire

*
*
Veuillez calculer 5 plus 5.*

Revenir