Funérailles de Jacques Parizeau

2015-06-09

Serviteur de la dignité


Les deux journées de chapelle ardente ont donné l'occasion à des milliers de personnes d'honorer la mémoire de Jacques Parizeau et d'exprimer leur amour et leur estime de l'homme en même temps que leurs condoléances à la famille qui a été généreusement présente en ce moment éprouvant de la perte d'un être cher. Les médias ont communiqué abondamment des reportages et des témoignages évoquant la figure publique, son rôle dans l'histoire et sa valeur humaine. Aujourd'hui, nous sommes rassemblés pour présenter Jacques Parizeau à Dieu dans la prière et pour nous soutenir les uns les autres en ce moment de peine.

La Parole de Dieu nous fait découvrir que Dieu est Créateur du ciel et de la terre. Dieu, dans son infinie Bonté, a posé l'univers dans l'existence et plus encore il a créé l'être humain pour le conduire à la vie éternelle et le combler de bonheur. Dieu lui-même a fondé et fonde la dignité de tout être humain, car tout être humain est créé à l'Image de Dieu. Cette Image définit l'être humain au plus profond de lui-même en même temps que la tâche qui lui est confiée : être fait pour la beauté, la vérité et la bonté. Chaque fois qu'il cherche le beau, le vrai et le bien, l'être humain se rapproche de ce qu'il est, de Dieu qui est Amour et qui est source de tout bien, de la dignité de l'autre quel qu'il soit.

Jésus-Christ lui-même, en donnant sa vie pour nous sur la Croix, affirme la dignité de tout être humain. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime. Donner sa vie pour quelqu'un c'est affirmer sa valeur et sa dignité. Tout être humain peut dire Jésus-Christ est mort pour moi, tout être humain peut dire Jésus-Christ est mort pour l'autre. Non seulement Jésus-Christ est mort pour nous, Il est ressuscité pour nous, pour être présent dans notre vie et nous conduire à la vie éternelle dans le Royaume de l'Amour. Dieu ne veut pas nous aimer pour un temps, Il veut nous aimer pour toujours, consacrant ainsi notre dignité et le prix que nous avons à ses yeux.

Jacques Parizeau a développé les dons et les qualités multiples qu'il a reçus gratuitement du Créateur en consacrant sa vie au service du bien commun. Il affirmait ainsi la dignité de tous les citoyens et citoyennes de la société. Il a promu l'éducation comme un chemin indispensable pour le bien de l'individu comme pour celui de la société. Avec son génie propre, il a mis au point des outils de développement économique qui permettaient d'arrimer une vision de croissance pour tous à la réalité sociale. Convaincu qu'un emploi de qualité est une dimension essentielle pour favoriser la dignité de la personne, il s'est ingénié à favoriser l'accès au travail, entre autres par carrefour jeunesse-emploi, un modèle qui a fait école. Avec son sens de la démocratie, il savait en respecter les institutions autant que ses opposants en politique. Homme de conviction et de respect, il a su traverser les difficultés et les déceptions en demeurant intègre et droit.

Son service du bien commun s'est fait, jusqu'à la fin, service de la dignité de tout être humain dans la société.

Par la foi en Jésus-Christ, l'être humain découvre son identité la plus profonde, celle d'être enfant de Dieu. C'est là notre dignité fondamentale. C'est là que nous découvrons le plus, non seulement notre propre dignité mais en même temps la dignité de l'autre. En effet, être enfants de Dieu veut dire être frères et sœurs les uns des autres. Êtres enfants de Dieu veut dire être appelés à participer ensemble à la Vie et à l'Amour de Dieu pour l'éternité.

Chers membres de la famille de Jacques, notre affection va vers vous dans un élan du cœur. Depuis quelques jours vous avez été touchés par des gens de tous âges et de tous les milieux venus vous dire « on vous aime ». Puissions-nous trouver ensemble dans la prière, le réconfort qui vient de Dieu. Puissions-nous nous soutenir dans la peine, le cœur ouvert à l'espérance qu'exprime Job lorsqu'il dit : « Je sais, moi, que mon libérateur est vivant, et qu'à la fin il se dressera sur la poussière des morts ; avec mon corps, je me tiendrai debout, et de mes yeux de chair, je verrai Dieu ».


Amen.



+ Christian Lépine
Archevêque de Montréal

Télécharger la version pdf

Go back