Homélie : Messe anniversaire pour la fondation de Montréal

2017-05-17

Ensemble Construire la Paix

Homélie : messe anniversaire pour la fondation de Montréal
Le 17 mai 2017, à la Basilique Notre-Dame


 un anniversaire pour toutes les personnes et toutes les communautés


Chères sœurs et chers frères d'hier et d'aujourd'hui,
Chères sœurs et chers frères dans le Christ,
Chères sœurs et chers frères en humanité,

Nous voulons aujourd'hui, honorer Maisonneuve et Jeanne-Mance qui ont fondé Montréal, faire mémoire de nos racines françaises et catholiques, reconnaître le patrimoine de valeurs qui nous habitent, fêter notre existence et rendre grâce à Dieu.

Cette fête concerne la ville de Montréal, l'île de Montréal, le grand Montréal, le Québec et le Canada. Ville-Marie a été fondée sur l'île de Montréal, pour en venir à porter le nom de l'île. Montréal a été un centre à partir duquel de nombreuses autres villes ont été fondées. Montréal s'est développé à l'intérieur du Québec et du Canada, dans l'ouverture sur le monde, dans l'accueil de personnes et de communautés de tous les continents.

L'aventure de l'espérance


De sa fondation à aujourd'hui, Montréal est une communauté de communautés, fondée par des aventuriers et aventurières de l'espérance. Alors qu'en ce 17 mai, nous fêtons le 375e anniversaire de fondation de Montréal, nos regards se tournent vers ces hommes et ces femmes qui ont traversé l'Atlantique sans jamais être sûrs d'avance qu'ils arriveraient à destination le long des rives du Saint-Laurent. Ces pionniers et ces pionnières ont fondé Ville-Marie sans être sûrs d'avance qu'ils survivraient aux intempéries, au froid de l'hiver, aux guerres. Ce qui a été vécu à la fondation, l'a été tout au long de l'histoire avec courage. Cette histoire continue avec les immigrants et les réfugiés d'aujourd'hui.

Toutes ces personnes fondatrices se sont mises en marche sans être sûres du lendemain. Pourquoi? Grâce à leur foi. Leur foi que Dieu les appelait, leur foi en la beauté du projet d'une ville fondée sur le spirituel, le vivre-ensemble et la solidarité. La foi en Jésus-Christ, crucifié et ressuscité, ouvrait leur cœur à la révélation de l'Amour de Dieu et les conduisait à s'appuyer sur Lui en remettant toute leur vie entre ses mains. La foi que Jésus-Christ, le Vivant, a le pouvoir de nous rejoindre à travers toutes les tempêtes, les rendaient capables de marcher dans l'espérance et de miser leur vie sur l'amour et sur le projet d'une cité qui rayonne la Bonté, la Vérité et la Beauté.

Valeurs fondatrices : toujours actuelles


Depuis la fondation de Montréal, de nombreuses générations aux motifs variés, aux cultures diverses et aux croyances différentes se sont mises en marche pour venir bâtir sur cette terre. Les valeurs fondatrices ont traversé le temps et demeurent toujours actuelles. Elles ont le pouvoir de rassembler en construisant pour la paix.

Le spirituel
est un appel à croire que tous les êtres humains sont créés par Dieu et à l'image de Dieu, que chaque personne a un poids d'éternité, que l'humanité tout entière, de tout temps et de tout lieu, est appelée à entrer en Alliance avec Dieu, que nous avons tous la même humanité, qu'il y a une égale dignité pour tout être humain. Le spirituel est un regard sur Dieu en même temps que sur l'être humain, un regard qui relie à Dieu, mais qui en même temps relie les êtres humains entre eux devant Dieu et en présence de Dieu. Maisonneuve, Jeanne-Mance et tous ceux et celles qui ont porté le projet et la réalisation de fonder Montréal, étaient des catholiques dont le regard sur Dieu élargissait leur regard sur les autres, quelles que soient leurs croyances.

C'est pourquoi, dès l'origine, le projet de Montréal est un projet de vivre-ensemble. On voulait fonder une ville où les Français et les membres des Premières Nations vivraient ensemble. Il y a eu les guerres intermittentes, mais en même temps les Français ont appris des autochtones à vivre en ce pays. Il y a eu les blessures et les pertes, mais en même temps les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph recevaient tout le monde à l'hôpital Hôtel-Dieu, les écoles fondées par Marguerite Bourgeoys et la Congrégation Notre-Dame étaient ouvertes à tous les enfants et jeunes, les prêtres de Saint-Sulpice étaient au service de tous. Il y a eu les malentendus et les affrontements, mais il y a eu aussi la Grande Paix de Montréal en 1701.

La valeur du vivre-ensemble fait partie des gènes de Montréal et de son histoire. La ville le plus fidèle à elle-même lorsqu'elle poursuit sans relâche la cohabitation pacifique, l'interaction capable de voir la valeur humaine de l'autre, et l'engagement à construire ensemble. Les croyances diverses sont des appels à la liberté de religion et de conscience autant sur la place publique que dans la vie privée. Le vivre-ensemble n'est pas fait pour être caché, mais pour être visible, nourrissant ainsi la démocratie, le respect de la vie et une juste sécurité.
On peut penser aux communautés autochtones, à l'origine française, mais aussi aux composantes d'origine anglaise, écossaise et irlandaise, en ajoutant les dizaines de composantes culturelles et allophones diverses. On peut penser aux diverses fois chrétiennes, à la foi juive, à la foi musulmane, aux diverses religions et divers humanismes, qui sont tous appelés à servir le bien commun et la paix.

La quête de spirituel et de vivre-ensemble, se fait quête de solidarité. Tout être humain cherche un sens à sa vie, est fait pour être en relation, aspire à la paix. On entend dire parfois et avec raison « la grandeur d'une civilisation se mesure à la place qu'elle donne au plus petit ». Montréal est une histoire de solidarité avec les plus démunis, avec les personnes frappées par les tragédies. À partir des communautés religieuses d'hier et d'aujourd'hui jusqu'aux organismes communautaires de notre temps, la compassion et le soutien, sans égard aux différences de cultures, font partie également de ce que nous sommes, civilement et politiquement.

Une culture de la paix

Au nom de Jésus, Maisonneuve et Jeanne-Mance, les fondateurs et fondatrices de Montréal, ont vécu des valeurs profondément chrétiennes, qui étaient en même temps profondément humaines. Ces mêmes valeurs ont le pouvoir de traverser le temps, car en tant qu'êtres humains nous sommes faits pour en vivre. Continuons à tenir ensemble le spirituel, le vivre-ensemble et la solidarité, afin d'être un milieu où on croit à la dignité de tout être humain. Construisons ensemble une société où les personnes peuvent s'accomplir, les familles s'épanouir et les différentes composantes de la société vivre le respect, le dialogue et la paix.

Laissons-nous inspirer par ces hommes et ces femmes, nos ancêtres, qui se mettant à genoux devant Dieu, se sont laissés guider par l'Esprit-Saint, dans la joie de croire en Jésus Christ Crucifié et Ressuscité. Regardons la croix qui est source de réconciliation. Dans nos vies personnelles, familiales, sociales et ecclésiales, il y a des moments ensoleillés et des moments de tempête. Rendons grâce à Dieu pour sa présence et croyons qu'il ne nous abandonne jamais.

Chères sœurs et chers frères dans le Christ,
Chères sœurs et chers frères en humanité,
Chères sœurs et chers frères d'hier et d'aujourd'hui, d'ici et d'ailleurs,

Joyeux anniversaire de fondation de Montréal


+ Christian Lépine
Archevêque de Montréal

Télécharger la version pdf

Go back