Le Pavillon chrétien à l’Exposition universelle de Montréal 1967






















L’Exposition universelle « Terre des Hommes » qui s’est déroulée à Montréal en 1967 a permis la réalisation d’un Pavillon chrétien, un événement unique en son genre. Le père Irénée Beaubien, jésuite, en fut l’instigateur. Cet événement demeure à ses yeux « la plus grande aventure œcuménique au Canada ».

Le père Beaubien a amorcé un mouvement œcuménique à Montréal vers la fin des années cinquante. Il souhaitait favoriser un rapprochement avec d’autres Églises chrétiennes dans un esprit d’ouverture et de dialogue. 

Quand il apprit que Montréal serait la ville hôte pour l’Exposition universelle de 1967, aussitôt il a réuni quelques prêtres et pasteurs, pour leur suggérer que les principales Églises chrétiennes du Canada soient présentes sous une seule thématique dans un pavillon. Une occasion exceptionnelle de donner un témoignage conjoint de l’Évangile à « Terre des Hommes ».

Le comité de travail a rédigé une ébauche de déclaration pour inviter les Églises chrétiennes à participer à l’événement. Outre l’Église catholique, sept ont accepté de travailler ensemble : les Églises unie, anglicane, presbytérienne, luthérienne, baptiste, grecque-orthodoxe et ukrainienne grecque-orthodoxe. Il fallait cependant l’autorisation du Vatican pour que celui-ci renonce à son pavillon en faveur d’un pavillon œcuménique.

Grâce à la sensibilisation du public et des membres d’autres Églises, grâce à l’appui de la Conférence des évêques catholiques du Canada, qui avait délégué le cardinal Maurice Roy de Québec et le cardinal Paul-Émile Léger de Montréal, le pape Paul VI donna finalement son accord pour retirer le Vatican de l’Exposition universelle et laisser sa place au Pavillon chrétien.

Présence de Dieu dans le monde

Le Pavillon chrétien a été conçu en trois temps. Une première exposition avait pour but de sensibiliser les visiteurs à la vie concrète des gens, faite de joie et de tristesse dans la vie courante, tout en mettant en relief des problèmes plus graves dans la société.

La seconde était plus dramatique. Elle consistait à faire voir et connaître les horreurs de l’humanité dans un court métrage qui se terminait par l’explosion d’une bombe atomique. Par de magnifiques photos, la troisième exposition présentait, les principales étapes de la vie humaine : la naissance, l’adolescence, l’âge adulte, la mort et la résurrection.

Dans l’ensemble, ce fut un déploiement photographique remarquable de 300 photos illustrant la vie dans les cinq parties du monde, sous divers angles.

Éducation de la population

Une grande campagne de financement s’est déployée à travers le Canada. Chaque Église s’est engagée à recueillir des fonds pour un montant équivalent à sa population chrétienne. Une occasion de sensibilisation à l’unité des chrétiens qui connut un grand succès. Pour mener à terme la préparation des expositions, des chrétiens de toutes les Églises ont participé aux comités responsables des diverses parties du Pavillon chrétien.

Ce fut une expérience concrète de dialogue et d’action œcuménique, une rampe de lancement vers la réalisation d’une meilleure compréhension mutuelle dans un esprit d’ouverture et de respect des uns et des autres.

 
Source : Élisabeth Garant, « Il y a 40 ans… Le Pavillon chrétien de Terre des Hommes », entrevue avec Irénée Beaubien, jésuite, dans Vivre ensemble, vol. 15, no 51 (automne 2007).
Images : 
Archives nationales du Canada