Pastorale de la pasta

18 mars 2013

Il y avait ce soir une réception officielle du gouvernement du Canada au collège pontifical canadien en présence du Gouverneur Général et de son épouse. « Le tout Canada à Rome» de même que la délégation canadienne était au rendez-vous.  Poignées de mains, accolades, tapes dans le dos et photos à gogo étaient au menu, sans compter un buffet fort intéressant. L'ambiance était à la fête et la température à l'avenant.

Ces mondanités ont sans doute une certaine importance, mais le cardinal était décidé à ne pas s'éterniser; à 20h, on devait s'éclipser. Ce que nous fîmes à l'heure convenue, puisqu'il tenait à ménager ses forces pour la messe solennelle demain matin place Saint Pierre.  

Pour ma part, j'étais heureux de rentrer à la maison et comptais m'éclipser pour souper à l'extérieur avec mes confrères de la cathédrale. Le hasard a voulu que nous ne puissions nous retrouver tel que convenu, et c'est donc seul que je me suis attablé dans un petit restaurant à proximité de la Casa Del Clero.  

L'ambiance est agréable et toujours animé comme cela est généralement le cas dans les restaurants de Rome. Je suis arrivé juste au bon moment. La jeune serveuse qui m'accueille semble courir d'une table à l'autre et je me demande quel est le secret de son agilité pour servir tous ces clients affamés.  

Un jeune couple prend place à côté de moi. Manifestement, ils sont britanniques à les entendre parler. Ils m'examinent rapidement du coin de l'œil et se désintéressent de ma présence. La jeune serveuse prend nos commandes respectives et s'éclipse aussitôt.  Ils découvrent le vin du terroir, je bois de l'eau. Au moment où mon plat de pasta (où devrais-je dire de pâtes par respect pour l'O.L.F.), la jeune femme quitte la table brièvement. Mon voisin me jette à nouveau un bref coup d'œil et me demande si je suis de la place (Aurais-je une tête de romain?). Rapides présentations, poignée de mains et s'ensuit un échange sur l'arrivée du nouveau pape. Sa compagne, qui a regagné la table, se joint à nous et s'ensuit une discussion qui durera près de deux heures sur le Pape François et le conclave, l'Église, la foi, le mariage, la fidélité, tout cela autour d'un plat de pasta.  Victoria est anglicane; Frank, son compagnon professe sa foi dans le soccer ...

Un couple comme il y en a beaucoup; mais celui-ci a une faim que la pasta ne peut sans doute pas satisfaire. Ils ont entendu les interventions du pape et ils ont été interpelés, chacun à leur niveau. Ils viendront demain, place Saint Pierre, pour assister à la messe.  Ils font parti de ces personnes de bonnes volontés que le pape a saluées après son élection, au moment où il donnait la traditionnelle bénédiction « Urbi et Orbi». J'aurais souhaité poursuivre notre entretien, mais nous devions chacun de notre côté, poursuivre notre chemin. Revenant lentement à la maison avec mon ami Sciatique qui s'est soudainement manifesté, je me suis rappelé que Celui que j'essaie de servir, s'invitait souvent comme cela, sans façon, pour partager un repas et parler de son Père. Ce jeune couple, que ne je verrai sans doute jamais plus, aura été pour moi un beau clin d'œil du bon Dieu.

Richard Saint-Louis, d.p. 

Commentaire

*
*
Quelle est la somme de 8 et 7?*

Revenir