Accueil - Église catholique à Montréal > Publications > Info-Archives > NOVEMBRE 2015 - Le 7 novembre 1840 : la signature d’un concordat voit naître le Grand Séminaire de Montréal

NOVEMBRE 2015 - Le 7 novembre 1840 : la signature d’un concordat voit naître le Grand Séminaire de Montréal


Source : ACAM, Fonds Derome, Ph3a 0084
Cliquez sur l'image pour agrandir 
Contrairement à ce qu'on serait porté à croire, le début du XIXe siècle dans le diocèse de Montréal est marqué par un important manque de prêtres. Alors que la population catholique du district de Montréal ne cesse d'augmenter, le nombre de prêtre diminue proportionnellement. De plus, la formation des prêtres diocésains laisse à désirer. Ces derniers se voient confiés avant même leurs ordinations différentes tâches dans les collèges de la province et se retrouvent avec peu de temps pour étudier et parfaire leurs connaissances théologiques. Cette situation préoccupe grandement Monseigneur Jean-Jacques Lartigue, alors évêque responsable du district de Montréal. L'évêque, lui-même Sulpicien, approche la Compagnie Saint-Sulpice afin de l'épauler dans la formation théologique et spirituelle de son clergé. Se heurtant au refus des Sulpiciens de prendre en charge la formation des ecclésiastiques de son diocèse, Monseigneur Lartigue décide de personnellement prendre les choses en main.

En 1825, Monseigneur Lartigue fonde dans sa propre demeure le séminaire Saint-Jacques. Il confie la direction de ce séminaire diocésain à son jeune secrétaire, l'abbé Ignace Bourget. Celui-ci sera également professeur au nouveau séminaire. Dorénavant, les clercs n'ont plus à se rendre à Québec pour suivre des cours de théologie. Monseigneur Lartigue, toujours préoccupé par la formation de son clergé, exige qu'aucun clerc ne soit ordonné sans avoir au préalable passé une année complète dans un séminaire. Le séminaire Saint-Jacques devient alors un lieu de passage incontournable pour tout candidat au sacerdoce à Montréal.

À la mort de Monseigneur Lartigue, le 19 avril 1840, Monseigneur Bourget devient évêque de Montréal. À la tête du Séminaire Saint-Jacques depuis 15 ans, Monseigneur Bourget est grandement préoccupé par la formation du clergé diocésain. Alors que le nombre d'aspirants au sacerdoce ne cesse d'augmenter, les séminaristes sont rapidement à l'étroit à l'évêché. De plus, on manque de prêtres pour desservir les paroisses, et les responsabilités du séminaire accaparent plusieurs prêtres séculiers. Les relations entre l'évêché et Saint-Sulpice s'étant considérablement améliorées, Monseigneur Bourget pense alors aux Sulpiciens, qui ont la formation des prêtres au cœur de leur vocation.

Dès le mois d'août 1840, Monseigneur Bourget approche Monsieur Joseph-Vincent Quiblier p.s.s., supérieur de Saint-Sulpice, pour lui faire part de son projet de confier la formation des ecclésiastiques de son diocèse aux Sulpiciens. Cette fois, la réponse de la compagnie est favorable. Après discussion, les deux partis se mettent d'accord et signent une entente le samedi 7 novembre 1840. Le jour même, les 15 séminaristes de l'évêché s'installent au nouveau Séminaire de Montréal situé dans les murs du Collège de Montréal sur la rue Saint-Paul. Il existe deux copies originales du concordat signé entre l'évêque de Montréal et le supérieur des Sulpiciens. L'une est préservée par les archives de Saint-Sulpice alors que l'autre est toujours conservée par les archives de l'Archevêché de Montréal. C'est ce second exemplaire que vous pouvez découvrir au bas de cette page. Dans ce texte c'est «pour toujours et irrévocablement» que Monseigneur Bourget confie au Séminaire de Saint-Sulpice, «l'éducation ecclésiastique des aspirants au sacerdoce de son diocèse». Ce mois-ci, cela fera 175 ans que les Sulpiciens de Montréal ont accepté de prendre en charge la formation du clergé diocésain de Montréal. Depuis la signature du concordat de 1840, ce sont des centaines d'hommes qui, accompagnés par les membres de cette compagnie de prêtres, se sont préparés au sacerdoce. Aujourd'hui, 175 ans plus tard, le Grand Séminaire de Montréal continue d'accueillir les candidats à la prêtrise de notre diocèse.

 

À L'agenda :

Le 17 novembre prochain à 11h, une célébration de la parole viendra clôturer les fêtes du 175e anniversaire du Grand Séminaire de Montréal.


Commentaire


Commentaire de Line Roussin | 2015-11-04

Très belle page d'histoire. Merci de nous la communiquer.
*
*
Quelle est la somme de 4 et 7?*

Revenir