Sacrements

Qu’est-ce qu’un sacrement?

La définition la plus classique pour désigner ce qu’est un sacrement est la suivante : « Le sacrement est un signe sensible, institué par Jésus-Christ, pour nous communiquer sa grâce ».

 
tl_files/Images_sacrements/sacrements.gif

Qu’est-ce à dire? Tout d’abord qu’il s’agit d’un signe. Les signes sont partie prenante de notre vie. Un panneau de signalisation routière tel une flèche de sens unique, de danger ou encore un feu de circulation constituent autant de signes que nous déchiffrons quotidiennement lors de nos déplacements. À la fin d’une lettre, un ♥ ou un X signifie une marque d’affection.

 
Un signe dit « sensible » indique que celui-ci rejoint nos sens tels l’ouïe, l’odorat, le toucher, la vue et le goût. Les sacrements sont donc composés de gestes (imposition des mains, bénédictions,…), de paroles (prières, textes bibliques,…), ils utilisent la matière (eau, huile, pain, vin, encens,…) et ils s’expriment par des éléments visuels (croix, vêtements et objets liturgiques, icônes, statues, mobilier liturgique, architecture religieuse,…).
 
Ces signes que l’on dit institués par le Christ nous rappellent qu’ils tirent leur origine des gestes que Jésus a posés et qui ont jalonné sa mission au milieu de nous (pardon des péchés, guérisons, multiplication des pains,…).
 
Dès les origines, les Chrétiens ont identifié ces signes par lesquels le Christ communique sa grâce, c’est-à-dire une force spirituelle intérieure qui aide à marcher à la suite du Sauveur sur le chemin du Royaume des Cieux. Après des développements au cours des premiers siècles, la tradition chrétienne a reconnu les sacrements de l’Église au nombre de sept, à savoir :
- le baptême
- la confirmation
- l’eucharistie
- le pardon
- le mariage
- l’ordre
- l’onction des malades
 
Mais au-delà de cette liste, dans un sens plus large, il convient de reconnaître que l’Église elle-même est un sacrement, puisqu’elle correspond à la définition d’un sacrement. C’est pourquoi on dit de l’Église qu’elle est le sacrement du Christ.
 
Pourquoi les sacrements?
 
Le Christ a laissé à son Église les sacrements de la foi pour répondre au besoin que tout croyant ressent de chercher une force spirituelle, celle-ci ne se trouvant que dans une expérience tangible de la présence du Dieu vivant. D’où la nécessité des rites qui composent les sacrements. Ils sont des points d’ancrage de la foi du croyant car ils aident à mettre en mots et en gestes les liens que ce dernier est appelé à établir avec Dieu, en réponse à son appel. Les sacrements sont l’expression de l’Alliance que Dieu offre sans cesse à tout croyant.
 
Dans l’expérience des sacrements, le croyant reçoit donc la grâce qui lui permet de répondre plus généreusement à l’appel de Dieu, cette grâce étant le don que Dieu fait de sa vie en son Fils Jésus. Elle est source de guérison spirituelle et parfois physique. Elle est aussi dite « sanctifiante » parce qu’elle fait participer à la vie même de Dieu. La grâce est un don parce que toujours gratuite, et est « actuelle », c’est-à-dire qu’elle nous rejoint dans les conditions où nous nous trouvons.
 
Nous verrons par la suite ce que chaque sacrement comporte comme grâce propre, en premier lieu les sacrements de l’initiation chrétienne (baptême, confirmation et eucharistie), puis les sacrements de la vie chrétienne (mariage, ordre, pardon et onction des malades).