LE PARDON

Durant sa vie terrestre, Jésus a sans cesse accueilli les pécheurs et pardonné leurs péchés. Son appel à la réconciliation est celui d’un pasteur qui est constamment à la recherche de sa brebis perdue : Et quand il l’a retrouvée, il la charge tout joyeux sur ses épaules, et, de retour à la maison, il réunit ses amis et ses voisins, et leur dit : ‘Réjouissez-vous avec moi, car je l’ai retrouvée, ma brebis qui était perdue!’ Je vous le déclare, c’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion (Luc 15, 5-7).

tl_files/Images_sacrements/pardon.gif

Jésus a laissé cette même obligation à son Église, de lui réconcilier les hommes et les femmes en ce monde : Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis (Jean 20, 23). L’Église a donc reçu de Jésus, par ses apôtres, la mission et le pouvoir de donner le pardon de Dieu par son Fils venu chercher et sauver ce qui était perdu (Luc 19, 10).

Saint Jean dévoile cette passion de Dieu pour l’humanité, lorsqu’il rapporte les paroles de son maître Jésus : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé (Jean 3, 16-17).

Si Dieu offre toujours son pardon, le pénitent, pour sa part, s’il veut recevoir cette grâce, est invité à manifester sincèrement son regret qu’on appelle « contrition » et à faire l’aveu de ses fautes, comme signe authentique de son désir de faire la vérité sur lui-même, selon la parole de Jésus : la vérité vous rendra libres (Jean 8, 32).

L’absolution formulée par le prêtre se dit comme suit « Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde. Par la mort et la résurrection de son Fils il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés. Par le ministère de l’Église qu’il vous donne le pardon et la paix. Et moi, au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, je vous pardonne tous vos péchés ». Elle vient donner l’assurance du pardon divin, pardon qui ouvre à une vie renouvelée dans la grâce d’une plus grande communion à Dieu et à son Église.

C’est à tort que l’on a comparé le sacrement du pardon au « tribunal de Dieu », il s’agit davantage du « salon de beauté spirituelle » où nous est rendue la dignité d’enfant de Dieu.