Liturgie du jour

Aujourd'hui, 25 septembre

Fête du jour

Aucune fête du jour

Saint ou sainte du jour

Aucun saint du jour

Lectures du Jour

Livre des Proverbes 21,1-6.10-13.

Le Seigneur dispose du cœur du roi comme d’un canal d’irrigation, il le dirige où il veut. La conduite d’un homme est toujours droite à ses yeux, mais c’est le Seigneur qui pèse les cœurs. Accomplir la justice et le droit plaît au Seigneur plus que le sacrifice. Regarder de haut, se rengorger : ainsi brillent les méchants, mais ce n’est que péché. Les plans de l’homme actif lui assurent du profit ; mais la précipitation conduit à l’indigence. Une fortune acquise par le mensonge : illusion fugitive de qui cherche la mort. Le méchant ne désire que le mal ; il n’a pas un regard de pitié pour son prochain. Quand on punit l’insolent, l’étourdi devient sage ; le sage, il suffit de le raisonner pour qu’il comprenne. Le juste considère le clan du méchant : le méchant pervertit les autres pour leur malheur. Qui fait la sourde oreille à la clameur des faibles criera lui-même sans obtenir de réponse.

Psaume 119(118),1.27.30.34.35.44.

Heureux les hommes intègres dans leurs voies qui marchent suivant la loi du Seigneur ! Montre-moi la voie de tes préceptes, que je médite sur tes merveilles. J'ai choisi la voie de la fidélité, je m'ajuste à tes décisions. Montre-moi comment garder ta loi, que je l'observe de tout cœur. Guide-moi sur la voie de tes volontés, là, je me plais. J'observerai sans relâche ta loi, toujours et à jamais.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,19-21.

En ce temps-là, la mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule. On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. » Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »

Réflexion du Jour

« J'ai cherché le repos en toutes choses » dit la Sagesse de Dieu ; « et je demeurerai, dit-elle ensuite, dans l'héritage du Seigneur » (Si 24,7). L'héritage du Seigneur, dans sa totalité, c'est l'Église, tout spécialement c'est Marie, et c'est l'âme de chaque fidèle en particulier... Le texte continue : « Alors le Créateur de l'univers m'a parlé et m'a commandé ; celui qui m'a créée m'a fait dresser ma tente. Il m’a dit : 'Installe-toi en Jacob' » (v. 8). Ayant en effet cherché partout le repos et ne l'ayant trouvé nulle part, la Sagesse de Dieu, son Verbe, s'est d'abord réservé comme son héritage le peuple juif, auquel par Moïse il a « parlé et commandé »... Et celui qui par cette seconde création a créé la Synagogue, la mère de l'Église, « s'est reposé dans sa tente », dans la tente de l'Alliance. Maintenant, dans l'Église, il repose dans le sacrement de son Corps. Et, comme il avait aussi cherché, pour ainsi dire, parmi toutes les femmes celle de qui il naîtrait, il s'est choisi tout spécialement Marie, qui depuis est appelée « bénie entre toutes les femmes » (Lc 1,28)... Le Christ, qui l'avait créée nouvelle créature (cf 2Co 5,17), est venu reposer en son sein. C'est également à chaque âme fidèle prédestinée au salut que cette Sagesse « commande et parle », quand elle veut et comme elle veut. Elle le fait soit intérieurement par l'intelligence naturelle, par laquelle elle « illumine tout homme venant en ce monde » (Jn 1,9) et par l'inspiration de la grâce...; soit au-dehors par la doctrine et par la création (cf Rm 1,20)... Et la Sagesse de Dieu, son Verbe, qui crée et forme ainsi cette âme « dans le Christ Jésus pour que nos actes soient vraiment bons » (Ep 2,10), vient reposer en sa conscience.

Messe du jour