• Ressources

Liturgie

Un prêtre préparant la communion durant une messe eucharistique

Liturgie

Tout au long de l’année, le Service de la pastorale liturgique offre des activités d’information, de formation et d’animation et publie des ressources adressées aux communautés. Pour plus d’informations et pour toutes questions liturgiques ou pastorales, n’hésitez pas à contactez le Service de pastorale liturgique.

Un outil pour découvrir la Nouvelle traduction du Missel romain !

La nouvelle traduction du Missel romain en français se fait encore attendre. Mais, attention, sa publication est imminente. D’ailleurs, nos regards sont, dans une certaine mesure, déjà tournés vers l’accueil et l’implantation de ce livre liturgique. Nous voulons nous l’approprier, en faire nôtre afin  d’arriver à participer pleinement, consciemment et activement à la liturgie de l’Eucharistie. Mais comment pouvons-nous, nous approprier quelque chose dont nous ne connaissons ni son contenu ni ses contours ? Comment pouvons-nous entrer dans ce livre liturgique sans nous y perdre ?
La revue Vivre et Célébrer a réfléchi sur ces questions. Dans son double numéro qu’elle vient de publier, elle traite essentiellement de la Nouvelle traduction du Missel romain ; elle en dévoile les différents aspects. Afin d’atteindre cet objectif, la revue nous offre dix articles très intéressants. Ils nous font entrer dans le livre à travers différents angles : attentes et défis qu’il suscite en rapport avec la dynamique de la conversion missionnaire dans laquelle nous nous sommes engagés, repères historiques, traduction, organisation, portée et signification théologique, dimension spirituelle, etc.

Si, en tenant compte des attentes et questions que vous portez en vous, il vous semble utile d’approfondir un aspect qui vous tient à cœur, cliquez ici pour accéder à cette ressource.
Une bonne nouvelle ! La revue Vivre et Célébrer est offerte en format numérique seulement. Vous pouvez vous y abonner et recevoir gratuitement ses récentes publications. Voici le lien : abonnement
 

Ressources pour les Célébrations dominicales de la Parole

Nous vivons une période dite de vaches maigres pour ce qui concerne les vocations sacerdotale et religieuse ! Cela est bien connu de tout le monde. Qu’une telle situation suscite beaucoup de questions pour nos communautés chrétiennes où le prêtre est devenu une perle rarissime, personne ne peut l’ignorer. Une question : Que faire dans notre communauté lorsqu’il n’y a pas de prêtre pour célébrer l’Eucharistie le dimanche?
Bien entendu, nous devons continuer à prier sans cesse le Maître de la moisson pour qu’il daigne envoyer des ouvriers dans sa moisson. Une solution parmi tant d’autres semble être aussi acceptée aujourd’hui : La célébration de la Parole. Elle constitue l’objet principal de trois documents, aux titres très évocateurs et  qui ont été élaborés par la revue Vie liturgique : Guide pour préparer et animer des célébrations de la Parole, ainsi qu’Une feuille de route et un feuillet de participation. Ils ne poursuivent qu’un unique objectif : appuyer les personnes impliquées dans la préparation et l’animation  de la Célébration dominicale de la Parole. Cliquez ici pour vous inscrire sur la liste d’envoi.

Le guide offre des indications, suggestions et recommandations relatives à une bonne préparation et une excellente animation des célébrations de la Parole. Il indique aussi des risques ou confusions à éviter. Préparée pour les dimanches de l’année liturgique en commençant par le 23ème dimanche ordinaire B jusqu’au 31ème dimanche ordinaire B, la feuille de route est un outil réservé à l’usage des responsables de l’équipe de préparation et d’animation. Destiné aux membres de l’assemblée, le feuillet de participation vise à sous-tendre leur participation à la célébration. 

Bonne lecture et, bonne utilisation !
 

«Des prières pour se préparer et rendre grâce !»

Selon les idées reçues, nous vivons à une époque où l’égalité et la dignité entre les humains sont affirmées avec force. Cela est bien vrai. Cependant, il est un événement qui fait titiller les yeux d’un observateur averti : «La visite ou la rencontre avec un roi/une reine, un chef d’état» ! On ne rencontre pas ces personnes n’importe quand et n’importe comment. 

Pour être, pour se tenir en leur présence, une certaine posture est même exigée. Le protocole est informé. D’avance, il veille minutieusement au grain. Les mots de circonstances sont méticuleusement peaufinés, retouchés. Bref, on ne veut pas du tout irriter la sensibilité de l’hôte de marque. Et si cela advenait, ça serait un antécédent, peut-être irréparable. Il convient donc de tout anticiper, de bien se préparer.
Si, de telles précautions sont prises pour des êtres pétris de chair, combien, à plus forte raison ne devraient-elles pas être prises par des chrétiens, surtout lorsque ceux-ci sont conscients d’être en présence de Celui qui leur donne aussi bien l’être que le mouvement. En présence de ce Dieu qui nous convoque pour célébrer l’alliance de notre salut. Une alliance dont le mémorial est perpétué ici et maintenant par le Christ dans et à travers son Eglise. Cela, les pasteurs de nos âmes l’ont bien compris.
L’Eucharistie est le plus grand des rendez-vous. C’est le sommet de la vie chrétienne et la source de tant de grâces. Pour y participer et la vivre d’une manière fructueuse, il s’avère nécessaire de bien se préparer. C’est la raison d’être de ces prières qui sont proposées à tous les intervenants en liturgie, à toute l’Eglise en prière dans la diversité de ses membres. Ministres ordonnés et laïcs exerçant quelque ministère que ce soit dans l’Eglise, fidèles qui participent à la liturgie, tous sont appelés à se préparer afin de participer dignement et fructueusement au Banquet de la grâce.

Des magnifiques prières sous l’onglet Ressources diverses sur le site diocésain de la liturgie, d’une beauté et d’une profondeur inouïes nous sont offertes. Puisées dans la tradition vivante de l’Eglise, elles vont nous aider à développer les dispositions intérieures les meilleures afin que chaque Eucharistie vécue avec le Seigneur soit une expérience riche et enrichissante.
Il ne suffit pas seulement de se préparer. Il est aussi important, après avoir partagé le Corps saint et le précieux respectivement livré et versé pour le salut du monde, de peser la signification d’un si grand geste d’amour, posé et renouvelé à chaque Eucharistie. Devant la grandeur de l’Amour gratuit qui se livre pour nous, on ne peut que tomber en admiration et rendre grâce.  Des prières d’action de grâce nous sont proposées dans ce même document. A nous d’exploiter ces prières, de les utiliser  pour recueillir les fruits spirituels de notre participation à l’Eucharistie et de dire, en toute vérité avec saint Paul : « Ce n’est pas moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi». C’est à ce prix que nous deviendrons des femmes et des hommes liturgiques !
 

La Nouvelle traduction du Missel romain, bientôt entre nos mains !

Initialement annoncée pour l’Avent 2020, la publication de la nouvelle traduction en langue française du Missel romain avait dû être postposée. Des sources sûres nous ont, dernièrement, livré un écho prometteur : La nouvelle traduction sortira au tout début du dernier trimestre de 2021, au début d’une nouvelle année liturgique.

Alors que nous sortons déjà, bien qu’encore timidement de la pandémie du Corona virus qui nous a terrassés depuis près de deux ans et que nous avons commencé lentement à reprendre le chemin de nos paroisses pour participer au Banquet de la grâce, plusieurs fidèles de notre Archidiocèse n’ont cessé de nous poser la question : «A quand  la parution de la nouvelle traduction en français du Missel romain ?»

Vous êtes sans ignorer que la nouvelle traduction est l’heureux aboutissement d’un travail initié depuis bien longtemps. Ce travail de traduction avait pour base la troisième édition typique que le pape Jean-Paul II avait promulguée en 2002. Une nouvelle impression de cette même édition typique avait eu lieu en 2008. Le texte a été encore revisité. Question de respecter la triple fidélité rappelée par le souverain pontife : Fidélité au texte original en latin, fidélité au génie de la langue vernaculaire et à l’intelligence du texte prié par les fidèles. Résultat : La nouvelle traduction du Missel paraîtra en octobre 2021. Cependant, son déploiement aura lieu dès l’Avent 2021.

A cette occasion, le Service de pastorale liturgique vous proposera une gamme variée d’activités et d’outils pour vous permettre de découvrir les nouveautés proposées par cette traduction, comprendre les raisons qui expliquent les choix opérés et proposés pour qu’ils soient utilisés par et dans l’Église, et  cerner leur signification par rapport à l’entendement que l’Église a de la liturgie. Quelle excellente façon, pour nous, tous et toutes, de raviver notre foi, participer à l’édification de ce Corps dans lequel se déploie le mystère où Dieu lui-même se livre comme Parole et Pain de vie, d’entrer dans l’intelligence de la liturgie et, pour la gloire de Dieu et le bonheur de ses fidèles, de développer l’Ars celebrandi (l’Art de célébrer).

Avant que la nouvelle traduction du Missel romain ne se retrouve entre nos mains, la revue Vivre et Célébrer nous propose, dans son numéro qui va paraître vers la fin de cet été, d’aller à la découverte des richesses de ce livre de prières. Voici quelques sites et ouvrages susceptibles de vous aider à vous engager déjà dans cette dynamique :

Sites Web :

Formation: Liturgie et sacrements
Confirmation de l'implantation de la nouvelle traduction du Missel romain
 

Livres (Documents de travail) :

Découvrir la nouvelle traduction du Missel romain (AELF)
Présentation du nouveau Missel romain avec intro du Cardinal Robert Sarah (Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements)

Nouvelle version du NOTRE PÈRE

À la demande des évêques de la CECC, le premier dimanche de l’Avent, 2 décembre 2018, la nouvelle traduction du Notre-Père entrera en vigueur dans toute forme de liturgie au Canada francophone. Les fidèles catholiques ne diront plus désormais : « Ne nous soumets pas à la tentation » mais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Il est recommandé d’annoncer ce changement le dimanche 25 novembre, en la solennité du Christ, Roi de l’Univers.

Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal. Amen.

La décision de modifier la prière du Seigneur n’allait pas de soi et il fallait donc de sérieuses raisons pour ce changement. Il faut d’abord dire que ce verset est très complexe à traduire. Les exégètes estiment que derrière l’expression en grec du texte de Mt 6, 13 et Lc 11,4 se trouve une manière sémitique de dire les choses. Aussi, la formule en usage depuis 1966, ne nous soumets pas à la tentation, sans être excellente, n’est pas fautive d’un point de vue exégétique. Mais il se trouve que beaucoup comprennent que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation, nous éprouver en nous sollicitant au mal. Le sens de la foi leur indique que ce ne peut pas être le sens de cette sixième demande. Ainsi dans la lettre de Saint Jacques il est dit clairement : « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : ‘Ma tentation vient de Dieu’, Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne. » Jc 1, 13. D’où la demande réitérée d’une traduction qui tout en respectant le sens du texte original n’induise pas une fausse compréhension chez les fidèles : ne nous laisse pas entrer en tentation. Il faut dire que cette traduction s’appuie sur les paroles mêmes du Seigneur au Jardin de Gethsémani : « Veillez et priez, pour ne pas entrer en tentation » Mt 26,41.

Décret de la Conférence des évêques catholiques du Canada sur l'usage du texte modifié du Notre-Père

Deux changements dans le « Magnificat »

La Traduction officielle liturgique de La Bible (2013) a apporté deux changements à la formulation du Magnificat tel que nous le présentait la traduction française de La Liturgie des heures jusqu’à maintenant. Ces modifications apparaîtront sans doute dans la prochaine édition française de La Liturgie des heures et éventuellement dans les versions électroniques de l’Office divin. En attendant, chaque personne ou communauté peut déjà utiliser la nouvelle version du Magnificat. Lorsqu’il s’agit d’une célébration spéciale des vêpres, il serait bon d’informer les participants du choix que l’on privilégie, soit de la nouvelle ou de l’ancienne version, afin de ne pas créer un dérangement qui nuise à l’esprit de prière. Quant aux versions chantées, il faudra que les musiciens proposent des adaptations sur les versions déjà connues. Sans doute en aurons-nous de nouvelles compositions bientôt.

Premier changement :
On ne dira plus : « Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent »
mais : « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent »

Ce changement est d’autant plus heureux vu à la lumière des enseignements de l’année sainte de la miséricorde, voulue par le pape François. C’est bien plus que l’amour, c’est l’infinie miséricorde qui s’étend sur toutes les générations, c’est l’amour d’un père, du Père, le grand pardon.

Deuxième changement :
On ne dira plus : « Il se souvient… de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa race à jamais. » mais : « Il se souvient… de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »

Il est sûrement plus heureux de parler de « descendance » plutôt que de « race », vu les dérives nées de ce dernier terme au fil des âges. C’est aussi plus englobant: si l’on parle de la race d’Abraham, on parle – stricto sensu – des Juifs. Or le Magnificat semble avoir une portée bien plus vaste, tout comme la miséricorde du Seigneur. Si nous ne sommes pas de la race d’Abraham, nous sommes par contre clairement de sa descendance.
Il serait donc profitable de chercher à intégrer petit à petit cette nouvelle manière de magnifier le Seigneur avec Marie.

Mention de « saint Joseph » dans les prières eucharistiques

Par décret de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements (2013), la mention du nom de saint Joseph doit désormais apparaître dans les prières eucharistiques II, III, IV du Missel Romain, comme elle apparaît depuis le Concile Vatican II dans la première prière eucharistique. En attendant la nouvelle édition du Misse Romain (prévue pour 2019-2020), il serait important d’écrire dans tous les Missels Romains de langue française, utilisés pour la célébration de la messe, privée ou publique, les paroles qui sont ici en gras :

Dans la Prière eucharistique II: « avec la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, avec saint Joseph, son époux, les Apôtres... »
Dans la Prière eucharistique III: « auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, avec saint Joseph, son époux, les Apôtres...»
Dans la Prière eucharistique IV: « auprès de la Vierge Marie, la bienheureuse Mère de Dieu, auprès de saint Joseph, son époux, des Apôtres... »

La traduction liturgique officielle de la Bible

L'édition canadienne de La Bible, Traduction officielle liturgique, qui est la première traduction intégrale qui soit spécifiquement une œuvre de l'Église catholique, est maintenant en usage. La nouvelle traduction a été publiée en France par Fleurus-Mame (2013) avec une édition spéciale pour le Canada offrant une couverture souple qui est distribuée par les Éditions de la CECC. Le travail de traduction s'est échelonné sur 17 années et a nécessité l'implication de 70 exégètes, biblistes et linguistes qui ont travaillé en collaboration avec les conférences épiscopales de langue française à travers le monde, incluant la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC). Le père Henri Delhougne, O.S.B., moine de l'Abbaye de Clervaux au Luxembourg, a coordonné ce projet international. La Bible liturgique a été approuvée par les évêques de tous les pays d'expression française, incluant le Canada, et a reçu la recognitio du Saint-Siège.

Nouveaux lectionnaires romains de la messe
 

  • Lectionnaire pour les messe des dimanches et des fêtes et solennités pouvant l’emporter sur le dimanche (2014)

  • Évangéliaire (Édition de luxe ou bloc à relier)

  • Lectionnaire de semaine (2014)

  • Lectionnaire des saints, messes rituelles, intentions diverses, messes votives, défunts (2016)


Les trois nouveaux lectionnaires et l’Évangéliaire sont issus de la traduction liturgique officielle de la Bible sont disponibles en librairie et à la CECC.  Les rabais habituels s’appliquent aux commandes passées par les bureaux diocésains avec un 20% de rabais en transmettant la quantité de lectionnaires, le nom du demandeur et l’adresse exacte d’expédition et de facturation à: LD_Servicedepastoraleliturgique@diocesemontreal.org.

Nouveau lectionnaire du mariage

Cette édition révisée contient les lectures bibliques et les psaumes du Lectionnaire des saints et messes rituelles, en utilisant la traduction de La Bible liturgique. Le Lectionnaire du mariage peut être utilisé conjointement avec l’édition canadienne du Rituel romain de la célébration du mariage.

Nouveau lectionnaire des funérailles

Le Bureau de direction de la Conférence des évêques catholiques du Canada et la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements du Secteur français ont formulé le projet d’éditer pour le Canada une version française du Lectionnaire des funérailles. Ce projet d’édition permettrait d’avoir, pour la célébration des funérailles chrétiennes, une plus grande variété de textes bibliques que ce que contient le Lectionnaire romain, en plus d’avoir ces textes dans la nouvelle traduction liturgique officielle de la Bible. Les prix varieront entre 60$ et 90$ avec un 20% de rabais du prix de vente en passant par les diocèses.

  • Temps du Mystère de Noël

  • Temps du Mystère Pascal

  • Temps ordinaire
     

Chaque année liturgique (A, B ou C) le diocèse de Montréal organise une soirée de préparation pour chacun des temps forts de l’année liturgique : Temps du Mystère de Noël et Temps du Mystère Pascal, à l’intention des personnes impliquées en vie liturgique en paroisse.

Dossier liturgique - Mystère Pascal 2020

La prochaine Session liturgique diocésaine de préparation au Temps du Mystère de Noel est prévue le mercredi 3 novembre 2021 à 19 heures aux bureaux administratifs de l’Archidiocèse en présentiel. Toutefois, si les rencontres en personne ne peuvent avoir lieu étant donné le grand nombre de participant nous vous enverrons un lien pour une rencontre virtuelle sur Zoom une semaine avant l’événement.

Le bulletin de liaison mensuel du Service de pastorale liturgique portera dorénavant le nom Synaxis qui remplacera en quelque sorte L’Acolyte. Synaxis s’adresse principalement aux divers membres des comités liturgiques en paroisse et invite tous ceux et celles qui contribuent à la mission du peuple de Dieu à y collaborer. 

Les nouvelles éditions du bulletin de liaison du Service de pastorale liturgique comporteront cinq sections :

  • Notre pasteur nous parle
  • Éditorial
  • Redécouvrir le Missel romain
  • Pour nourrir votre prière
  • Pour aller plus loin.

    Ainsi, nous espérons répondre aux plus grands nombres de besoins spirituels de l’Église à Montréal ou ailleurs en tant que communauté chrétienne catholique en mission.

Il revient au Service de pastorale liturgique d’offrir de la formation liturgique aux fidèles qui veulent aider leur pasteur spécialement pour les célébrations paroissiales ou qui œuvrent dans les différents cours d’initiation chrétienne. Cette formation peut être offerte sur demande au Service de pastorale liturgique (SPL) par des rencontres en soirée ou en fin de semaine au diocèse ou dans les paroisses. Le SPL peut aussi orienter les demandes de formation vers des programmes spécialisés offerts par d’autres institutions en lien avec l’archidiocèse.